Au sein du Parc National Coiba, nous avons parfois la chance d’observer l’incroyable pieuvre, une créature connue pour son intelligence et sa maitrise de l’art du camouflage. Si vous ne l’avez pas encore vu, cette célèbre vidéo provenant d’une conférence TED montre la capacité phénomenale des pieuvres à se fondre dans au milieu de son environnement:  https://www.youtube.com/watch?v=PmDTtkZlMwM. Les pieuvres sont parfois appelées les caméléons de la mer grâce à cette incroyable habileté. Il est bien connu que ces animaux peuvent changer de couleur en un clin d’oeil pour se fondre dans son environnement, créant une variété de motifs et des affichages ondulés. Non seulement ils peuvent changer la couleur et les motifs de leur peau mais ils peuvent aussi modifier la texture de leur peau pour mieux se confondre avec leur environnement. Une espèce de pieuvre peut même changer la forme de ses bras et sa façon de nager pour imiter d’autres espèces marines venimeuses, ou des espèces menaçant leur propres prédateurs. Donc, comment arrivent-ils à accomplir ces exploits physiologiques?

Couleur et motif de la peau

La peau de beaucoup de cephalopodes (pieuvres, calmars, et seiches) est recouverte par des milliers de cellules pigmentées spécialisées appelées chromaphores. Chaque chromatophore contient un sac ressemblant à un ballon rempli de pigments de différentes couleurs. En controlant la taille de ces cellules grâce à des contractions musculaires, les pieuvres sont capables de modifier la couleur de leur peau rapidement. C’est un peu comme si on appuyait sur un ballon rempli de teinture. La teinture serait poussée vers le haut et la surface du ballon s’étendrait, permettant à la couleur de la teinture d’apparaître plus vive. De la même façon, en utilisant la contraction de ses muscles une pieuvre peut étendre et contracter plusieurs chromatophores dans sa peau pour faire apparaître plusieurs couleurs différentes, créant ainsi les motifs désirées sur sa peau pour communiquer avec d’autres pieuvres ou pour se confondre avec son milieu.

Les pigments des chromatophores de pieuvre sont souvent rouges, jaunes, ou bruns, il arrive donc que les poulpes doivent correspondre à des couleurs dans leur environnement qu’ils ne peuvent produire avec des mélanges de ces couleurs de pigments. C’est dans ce cas que les iridophoroes, un autre type de cellules dans leur peau, entrent en scène. Les iridophores reflètent la lumière rouge ou bleue suivant l’angle des cellules. En controllant l’angle des iridophores et en combinant cet effet avec le bon motif de chromatophore, les pieuvres peuvent créer une copie phénoménale du sol marin ou des alentours où ils veulent se confondre.

Texture de la peau

Non seulement les pieuvres peuvent changer la couleur de leur peau, mais ils peuvent également modifier leur texture, leur permettant de se rendre plus ou moins lisse ou bosselé. Ils réalisent cet exploit en changeant la taille des projections de leur peau appelées papillae, en utilisant des muscles specialisés pour donner à leur peau une gamme de textures de lisse à bosselé ou recouvert de piquants. En faisant cela, non seulement une pieuvre se cachant au milieu de couraux peut en avoir la même couleur mais elle peut aussi se donner la même texture, éliminant complètement les lignes délimitant son corps ainsi que celles du corail. Elles peuvent ensuite relisser leur peau pour réduire les frottements quand elles nagent, leur permettant de s’enfuire rapidement des prédateurs.

Mimétisme

Il y a une espèce de poulpe, appelée de façon appropriée le poulpe mimétique (Thaumoctopus mimicus), qui non seulement change sa couleur et sa texture, mais change aussi la façon dont elle nage et bouge ses bras lorsqu’elle est menacée d’imiter d’autres organismes marins toxiques. prédateur ou se faire paraître moins appétissant. Il peut imiter 15 espèces différentes que nous connaissons! La pieuvre mimique a été observée en train de glisser sur le fond marin avec les bras tirés vers l’intérieur et tout son corps aplati comme une feuille pour imiter un poisson plat, ramper dans un terrier et laisser deux de ses bras sur le fond marin avec un motif noir et blanc pour ressembler à un serpent de mer, et écartant ses bras et se propulsant à travers l’eau pour imiter un poisson-lion. Les poulpes mimiques dans différentes régions ou habitats diffèrent dans les espèces qu’ils imitent le plus souvent en fonction des prédateurs qui se trouvent dans cette région. Par exemple, ceux qui vivent dans des zones où le poisson-lion est abondant prennent plus souvent la forme d’un poisson-lion. Ils choisissent également d’imiter différents animaux en fonction de l’organisme qui les menace – lorsqu’ils sont menacés par les demoiselles, ils sont observés imitant les serpents de mer, un prédateur commun de la demoiselle. Le fait que les espèces auxquelles elle ressemble soient toutes venimeuses ou toxiques, combinées avec les différences dans le comportement du poulpe mimique lorsqu’elles sont présentées avec des menaces différentes dans différentes régions, prouve qu’il s’agit d’un mimétisme délibéré d’autres espèces. Regardez cette vidéo pour voir les comportements mimétiques étonnants de cette pieuvre: https://www.youtube.com/watch?v=t-LTWFnGmeg!

-Par Daryll

This post is also available in: Anglais Allemand Espagnol